PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules

Du 2 au 21 février 2019 - Exposition Laurent LOUBETOT Aspet

Du 2 au 21 février 2019 - Exposition Laurent LOUBET

Exposition de Laurent Loubet

« Métro, boulot... Auto-portraits de paysages »

du 2 au 21 février 2019
à l'OT Cagire Garonne Salat (Aspet).
Vernissage VENDREDI 1er FÉVRIER à 18h 

Laurent LOUBET propose une exposition de photographies intitulée « Métro, boulot... Auto-portrait de paysages » du 2 au 21 février 2019 dans la salle d’exposition de l’Office de Tourisme Cagire Garonne Salat. Les photographies qu’il propose sont prises depuis un véhicule en mouvement sur le territoire voisin de l’Ariège. L’artiste a un regard et une réflexion très intéressante sur les paysages et la vie rurale contemporaine, il pousse sa réflexion sur le « système » dans lequel nous vivons, sur la place de l’individu qui vit en zones rurales et bien plus … de quoi passer un bon moment et faire une belle découverte à travers les paysages ariégeois.

« On regarde passer le paysage et la vie derrière le cadre de notre pare-brise. La chose la plus stable c'est bien l’intérieur de notre bagnole. » Laurent LOUBET.

Photos prises depuis le véhicule en mouvement… Images réalisées sur le territoire ariégeois.
Regard sur la vie en milieu rural.

« Je fais partie de ces personnes qui quittent la ville pour se rapprocher de la nature. Se mettre au vert. Avoir une vie plus censée, sortir de ce système qui nous fait courir, avancer, produire... payer, acheter, consommer. Mais il a la peau dure ce système, nos habitudes aussi. Ce n'est pas tout de vouloir, le pas n'est pas si simple à faire, la marche est beaucoup plus haute qu'elle n'y paraît. Alors bien sûr les excuses ne manquent pas. Le boulot, les enfants les factures le manque de temps. … le système... Tiens il a bon dos celui là. Si je ne m'abuse « le système » c'est moi, c'est toi, c'est nous... C'est à nous d’agir comme il nous semble bon et juste, pour nous et la communauté.

Le tableau est posé, le cadre est là. Nous, les habitants de zones rurales, passons énormément de temps dans nos véhicules paradoxalement. Nous sommes des prisonniers en mouvement, c'est un fait sociétal, enfermés dans nos vies, dans nos boulots, dans nos autos, dans nos crédits, dans envies, nos achats, nos vacances.... On regarde passer le paysage et la vie derrière le cadre de notre pare brise. La chose la plus stable c'est bien l’intérieur de notre bagnole. Enfermé dehors dans l’espèce d'aquarium ou l'on se sent seul, tranquille; libre, on peut crier, chanter, rigoler, pleurer, se curer le nez. Il y a un coté fœtus. C'est moi qui évolue dans le paysage ou c'est le paysage qui bouge autour de moi ? Au final je ne sais plus très bien.

Ce paysage peut autant m'apaiser, me tranquilliser que me mettre dans un stress terrible suivant la destination, la personne qui se trouve au bout de la route, le boulot qui y m'attend, l'emmerde que je dois gérer. Mais j'ai la chance de savoir regarder, d’être dans la contemplation, d'avoir toujours l’œil alerte et de percevoir ne serait ce qu'un instant, la beauté du paysage, la magie de la lumière à un endroit donné, l'envol d'un oiseau, la beauté du lieu que je traverse et qui en retour me traverse et m'envahit.

Je suis en pleine contemplation oui je le répète car ce n'est visiblement pas quelque chose de commun, je perçois mais comment donner à percevoir, ce que je vois, je ressens. C'est un exercice qui m'a été toujours très difficile et pour dire vrai, j'ai rapidement jeté l'éponge ; je n'ai pas, n'avais pas ?, le talent des grands photographes paysagistes, la culture états-unienne pour les grands portraits paysagés ne m'ont jamais vraiment fait vibrer... les Ansels Adams et compagnie..

Le paysage, c’est mon Everest à moi, mon sommet inaccessible. Comment transmettre tout ce que l'on ressent lorsque nous sommes dans l’état de contemplation souvent après une longue marche qui nous a hissés vers cet état. Comment le montrer lorsque l'on redescend et que la magie reste la haut et notre quotidien redevient si présent, si pesant ? Je n'ai pas la réponse ; cette série photographique fait peut être le lien entre contemplation et exaltation, elle est à mi chemin entre le quotidien et la marche méditative. Bon il faut que je redescende, me raccroche à la réalité... mais laquelle, celle que nous impose ce système ou celle que je crois juste, qui me fait vibrer au fond de moi... ? » Laurent LOUBET

Salle d’exposition de l’Office de Tourisme Cagire Garonne Salat - Maison des Trois Vallées - Rue Armand Latour - 31160 ASPET.

Entrée gratuite – Tout public.

Horaires d’ouvertures :
Lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30
et les samedis 16 et 23 février 2019 de 9h à 13h sauf fermetures exceptionnelles.