PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules

Du 7 mars au 16 avril 2020 - "Bonacia", exposition d'Alex LESS - OT d'Aspet

Du 7 mars au 16 avril 2020 - "Bonacia", exposition d'Alex LESS - OT d'Aspet

L’Office de Tourisme intercommunal, en partenariat avec la Communauté de communes Cagire Garonne Salat, présente :

« Bonacia, calme plat entre deux périodes de mauvais temps »
Une exposition d'Alex LESS

Exposition du 7 mars au 16 avril 2020
Vernissage vendredi 6 mars 2020 à 18h

L’artiste d’art contemporain, du Collectif de l’atelier Borderouge à Toulouse, dont le blaze est A4 Putevie, nous présentera son exposition intitulée BONACIA, « calme plat entre deux périodes de mauvais temps ». Une exposition de tableaux de peintures réalisés d’après des photos familiales et le vécu de l’artiste durant son enfance. Des toiles vivantes et pleines d’émotions seront présentées aux visiteurs.

« Des peintures réalisées d'après des photographies de famille mettant en scène l'artiste avec ses deux frères et sa sœur, intranquille, l'enfance mise à nue face à la violence des grands, mais qui véhiculent encore l'insouciance de ce temps : une époque de la douceur, de la fratrie naturelle et des émotions directes.
Comment raconter, lorsque l'on est l'enfant du « jeu » celui qui recevait la violence de son environnement, ainsi que du climat géopolitique.. ? »

Alex Less avance caché ! A4 Putevie, vous la souhaite bien bonne.

« Vivre à Toulouse ou ailleurs en France, dans un squat ou en banlieue pavillonnaire, dans une tour ou un appartement de stuc et d'or, mais regarder le monde, c'est le choix d'A4 Putevie. Toujours garder les yeux grands ouverts et développer son appétit insatiable d'images, éviter au maximum les filtres et les prismes, regarder le monde de son propre regard, là où il se trouve.
Observer la rue, ceux qui la traversent, ceux qui l'habitent, même ceux qui l'évitent.

A4 Putevie dessine la vie, l'amour, la mort et parfois l'art. Son univers est à hauteur d'homme. L'humanité s'y révèle telle quelle, abjecte, fragile et dérisoire mais aussi belle, fantasque et complexe. Il aborde le monde avec modestie, se contentant du format papier administratif, la feuille A4, sur laquelle il trace au crayon gris ou au feutre ses portraits d'un monde crépusculaire. Mais attention, son champ lexical est vaste, le papier léger côtoie des objets, des masques, tout un univers d'éléments trouvés puis détournés, réactivés pour alimenter son tsunami artistique.

Plusieurs séries de dessins se côtoient, des formats pleins et sans légende, proches de l'illustration, convoquent un univers fantastique fait de télescopages et de heurts visuels. À leur côté "la famille des palettes" restitue le bouillonnement de sa pensée dans le même format, des traits de couleurs vagabonds s'enchevêtrent à d'infirmes gribouillages épaulés de commentaires rageurs. Dans d'autres dessins plus classiques, le trait se superpose, chaque image est soulignée d'une légende, le principe rappelle les gravures du XIXème.

Ses accrochages sont denses, labyrinthiques. Il faut s'y plonger, fouiller, chercher pour trouver les chausses trappes, éviter les pièges et parvenir à débusquer les trésors dissimulés. A4 Putevie impose au regardeur un comportement actif, un engagement dans son travail. C'est bien de travail dont il faut parler ici, car c'est un artiste prolétaire de ceux qui se confrontent au labeur et dont l'oeuvre et la vie se confondent jour après jour. À aucun moment vous ne ressentirez le confort face à son oeuvre. Le trait vigoureux et précis le dispute à des légendes acerbes et provoquantes et si son regard est parfois naïf, c'est ce sentiment premier qui donne toute leur puissance à ses dessins. Il ignore éperdument les atours convenus du lyrisme cynique. Ce bon ton contemporain du détachement intelligent, est ici battu en brèche par un engagement sincère et entier, ignorant tout de la posture et de la pose.

L'art d'Alex Less, qui n'est personne d'autre que A4 Putevie, est un art premier contemporain, dans ce qu'il a d'essentiel et de puissant. Ses haïkus tragiques sont empreints d'une fragilité sincère qui en font des poèmes éperdus et foutraques. Son monde foisonnant est les reflets d'une société complexe qui ne parvient pas toujours à trouver le sens de sa perpétuelle fuite en avant. L'art est ici comme un arrêt sur image, un point de vue social et politique articulé à la première personne.

Une voix, qui, si elle est haute et claire, flirte en même temps avec un cri rageur guttural, celui d'une révolte non feinte dont la force se canalise dans le dessin et l'écriture. »   Manul Pomar

Exposition visible du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30, sauf fermetures exceptionnelles.
Lieu d’exposition : Office de Tourisme Intercommunal - Rue Armand Latour 31160 ASPET
Entrée gratuite – Tout public.